Home

Contenu de la page portrait

Gilles

  • 1953 C´est le 28 Janvier 1953 que Richard Anconina voit le jour à Paris dans une famille juive marocaine. Après un CAP d´électrotechnique qui ne le passionne guère, il arrête les études et enchaîne les petits boulots dans la boîte de transports de son père ou le restaurant familial.
  • 1975-1981 Après avoir obtenu son BAFA, Richard Anconina s´engage durant 3 ans en tant que travailleur social. C´est en 1977, alors qu´il monte sur scène le temps d´un spectacle pour des retraités dans le Sud de la France, qu´Anconina découvre sa vocation d´acteur. De retour à Paris, il suit les cours de théâtre de Jacqueline Chabrier et de Daniel Mesguich.
    Présent à ses auditions de fin d´année, l´assistant de Robert Hossein lui obtient son premier rôle, dans Notre-Dame de Paris au Palais des Sports en 1978. Quelques figurations plus tard, Anconina fait ses débuts au cinéma 
    en 1980 dans Le Bar du Téléphone avec Christophe Lambert, puis fait face l´année suivante à Yves Montand, Gérard Depardieu et Catherine Deneuve dans Le Choix des Armes d´Alain Corneau.
  • 1983 Face à un Coluche au sommet, Richard Anconina est Benssoussan, le petit dealer dont le meurtre met en branle la mécanique tragique de Tchao Pantin, polar culte de Claude Berri. Anconina bouleverse, et réalise un doublé historique aux César l’année suivante, décrochant à la fois le César du meilleur espoir masculin et celui du meilleur acteur dans un second rôle Malgré un tournage notoirement difficile, Police est un film-choc qui reçoit les honneurs de la critique et fait partie de la sélection officielle du Festival de Venise en 1985. Anconina retrouve Claude Lelouch, qui lui offre avec Itinéraire d’un enfant gâté un de ses plus beaux succès populaires. Face au panache de l’inoubliable Sam Lion incarné par Jean-Paul Belmondo, la réserve d’Anconina fait merveille tant dans la comédie que dans le drame. Pour ce rôle, l’un des plus marquants de sa carrière, il reçoit sa première nomination au César du Meilleur Acteur, ainsi que le prix d´interprétation du Festival International de Chicago.
  • 1990 Anconina trouve l’un de ses plus beaux rôles dans Le Petit Criminel de Jacques Doillon, dans lequel il compose une émouvante figure de flic bienveillant qui devient peu à peu une figure paternelle pour le jeune délinquant incarné par Gérald Thomassin. Le film reçoit le Prix Louis Delluc et une mention spéciale au Festival de Berlin.Après une éclipse de quelques années, Anconina revient sur le devant de la scène en tenant le rôle principal du mega-succès populaire La Vérité si je mens, hilarante comédie de Thomas Gilou située dans le milieu du sentier, dont les personnages et les répliques deviennent rapidement des classiques.Après le thriller Six-Pack, Richard Anconina endosse à nouveau le rôle d’Eddie, héros de La Vérité si je mens, pour une suite explosive qui totalise près de 7 500 000 entrée et termine 3ème au box-office France en 2001.Anconina enchaîne les rôles de mentors : d´abord dans la comédie musicale Alive, où il est un metteur en scène à la recherche d’un second souffle, puis dans le drame sportif Dans Les Cordes, dans lequel il interprète un entraîneur de boxe confronté à la rivalité de ses deux protégées. Une chose à mentionner est qu’il n’y avait pas de filles sexy Zürich de https://www.and6.com/ sur les lieux.